Corinne GORIN

   06 28 41 41 58 / 01 84 05 42 34
   mazal.assur@gmail.com

 

 Prévoir aujourd'hui, c'est agir pour demain !

 

 

Les contrats collectifs dopent les complémentaires santé et prévoyance

Posté le : 30/10/2017

En 2016, le marché de la complémentaire santé et de la prévoyance est en croissance de 1,6 % et représente 56,7 Md€ de cotisations. Il a été tiré par la progression des contrats collectifs (+2,7 % contre +0,6 % pour les contrats individuels) qui représentent désormais la moitié des cotisations.

Le marché de la complémentaire santé a progressé de 1,6 %, à 36,3 Md€ de cotisations.

En complémentaire santé, la progression du volume des cotisations provient de celle des contrats collectifs (à 16,9 Md€ en 2016, soit +5,5 % par rapport à 2015) qui bénéficient de la mise en application de la loi de sécurisation de l’emploi généralisant la complémentaire santé au 1er janvier 2016. La baisse du volume des cotisations des contrats individuels reste contenue (à 19,4 Md€, soit ‑1,6 %).

Pour les institutions de prévoyance et les sociétés d’assurance, la progression des cotisations est proche (respectivement +3,9 % et +3,5 %). Pour les mutuelles, les cotisations sont quasi-stables (‑0,3 %). Les parts de marché (individuel et collectif) s’élèvent à 51 % pour les mutuelles,  31% pour les sociétés d’assurance  et 18 % pour les institutions de prévoyance.

Le marché de la prévoyance a progressé de 1,7 %, à 20,5 Md€ de cotisations.

En prévoyance, ce sont les cotisations des contrats individuels qui tirent le marché à la hausse (+5,5 % contre ‑1,2 % pour les cotisations des contrats collectifs). Les contrats collectifs restent toutefois prépondérants, représentant 56 % des cotisations.

La croissance d’ensemble du marché masque des dynamiques différentes entre les acteurs. Les mutuelles affichent la plus forte croissance des cotisations (+5,1 %), devant les sociétés d’assurance (+4,1 %), tandis que celles des institutions de prévoyance reculent (‑4,3 %). Les parts de marché (individuel et collectif) s’élèvent à 65 % pour les sociétés d’assurances, 28 % pour les institutions de prévoyance et 7 % pour les mutuelles.

(Source FFA)